Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.

Nos conseils
Banniere 172 promotion
Les Conseils Immobiliers de Cushman & Wakefield

Vaut-il mieux acheter ou louer un local professionnel ?

Achat d’un local commercial : un gage de stabilité

Si l’achat d’un local commercial n’est pas la priorité lors du lancement d’une activité professionnelle, cet investissement peut néanmoins présenter de nombreux avantages.

Tout d’abord, acheter un local commercial évite à l’entrepreneur de payer des loyers pour l’occupation de son local. De plus, être propriétaire des murs évite tout engagement à long terme comme cela serait le cas avec un contrat de bail : il est possible de revendre son bien. Par ailleurs, si l’entrepreneur achète le local en son nom propre, il peut reporter temporairement le paiement des loyers de son entreprise, le temps que celle-ci se développe.

Ensuite, en devenant propriétaire de son local professionnel, l’entrepreneur se libère des contraintes relatives à la location :

  • Les hautes triennales des loyers ;
  • Les conséquences négatives de l’expiration d’un bail commercial, en particulier les risques d’éviction quand il n’est pas possible de reconduire le bail ; 
  • La nécessité d’avoir l’accord du propriétaire pour tous travaux de rénovation ou de modification des locaux.

Être propriétaire de son local professionnel permet donc de pérenniser son activité à une adresse précise et de faciliter les relations commerciales avec ses clients. Cette option est particulièrement appréciée par les PME, les PMI et les professions libérales.

D’un point de vue fiscal, acheter son local professionnel présente aussi des avantages, car cela permet de déduire une grande partie des dépenses occasionnées par l’achat de ses bénéfices : amortissement, intérêts d’emprunt, frais d’assurances, frais d’entretien et de réparation…


Acheter son local professionnel : un frein au développement de votre entreprise ?

Si acheter un local professionnel présente de nombreux avantages, le fait de devoir rembourser tous les mois un crédit immobilier peut réduire aussi les possibilités de développement de l’entreprise. En effet, avoir un crédit immobilier à rembourser réduit la capacité d’endettement de l’entreprise.

De plus, en achetant son local professionnel, l’entrepreneur perd de la flexibilité par rapport à l’implantation de son entreprise. Si l’entreprise a besoin de changer d’emplacement géographique dans les années suivantes pour continuer son développement, un déménagement peut être compliqué. Ainsi, avant d’acheter un local professionnel, il est important de bien choisir son emplacement en prenant en compte plusieurs critères : l’accessibilité, l’attractivité, la configuration, le prix, la concurrence, la clientèle...

Enfin, posséder son local professionnel peut aussi être un frein à la revente de l’entreprise : son prix sera plus élevé et, donc, les repreneurs pourraient être moins nombreux à vouloir racheter votre entreprise. Il est conseillé de distinguer l’activité de votre entreprise et l’immobilier de votre entreprise en deux entités en créant une SCI, propriétaire du local professionnel.


Louer son local professionnel pour une plus grande mobilité professionnelle

Souvent, les petites entreprises en plein développement économique préfèrent louer leur local professionnel. Cette solution apporte plus de souplesse à l’entreprise : elle pourra trouver plus rapidement un local adapté à ses besoins, surtout dans des zones géographiques où l’immobilier d’entreprise est saturé. En effet, en région parisienne ou dans les grandes métropoles françaises, il est plus facile de louer un local professionnel que d’en acheter un. Ainsi, la location permet de pouvoir s’installer plus facilement et de changer tout aussi facilement d’emplacement si l’entreprise a besoin, par exemple, de plus d’espace.

Par ailleurs, il existe plusieurs types de contrats de location :

  • Le bail commercial qui protège durant neuf ans le locataire qui a la possibilité de quitter les liens tous les trois ans ;
  • Le bail dérogatoire, appelé aussi « bail précaire » ou « bail à courte durée », dont la durée est limitée à 3 ans et 2 ans pour les contrats renouvelés ;
  • Le coworking, solution de location de bureau particulièrement adaptée aux travailleurs indépendants et aux freelances : elle correspond aux entrepreneurs à la recherche d’une flexibilité maximale et permet de rencontrer d’autres professionnels qui partagent les mêmes locaux.

D’un point de vue fiscal, louer un local professionnel présente aussi des avantages : les loyers des locaux (s’ils sont exclusivement dédiés à l’activité professionnelle) sont intégralement déductibles du bénéfice.


Louer son local professionnel : une perte d’argent ?

Alors qu’acheter son local professionnel permet à l’entreprise d’être propriétaire de son patrimoine immobilier, lui évite de payer des loyers et de subir les hausses, louer son local professionnel est souvent perçu comme une manière de « jeter de l’argent par les fenêtres ». En effet, l’argent versé tous les mois au propriétaire bailleur est à « fonds perdu », car il n’est pas possible de récupérer sa mise au moment de la vente de l’entreprise.

La location d’un local professionnel est souvent présentée comme une solution moins coûteuse que l’emprunt et ses frais annexes pour l’achat d’un local professionnel, car il n’y a pas de risque que le bien perde de sa valeur à la revente et de frais relatifs à l’entretien du bâtiment. Pourtant, l’entrée dans les lieux représente des frais conséquents qui peuvent représenter jusqu’à 9 mois de loyers en région parisienne !

Chacune des solutions, acheter ou louer son local professionnel, présente donc des avantages et des inconvénients. Si, dans l’absolu, un entrepreneur souhaite acheter son local professionnel, dans la pratique, sa décision dépendra des opportunités du marché de l’immobilier : il pourra ainsi changer d’avis s’il trouve à la location le local correspondant à tous ses critères et reporter son projet d’achat.