Actualité

La semaine des 4 jours peut-elle révolutionner le monde du travail ?


Depuis la crise du Covid19, de nombreux changements sociétaux et économiques ont eu lieu. Entre le recours au télétravail exclusif, le chômage partiel, les déménagements et les changements de carrière, le monde du travail a été bouleversé plus que jamais. Aujourd'hui, le sujet de la semaine de 4 jours en entreprise est sur le tapis. On parle beaucoup des avantages potentiels de la semaine de quatre jours au lieu de cinq. Faire de 32 heures la norme au lieu de 40 peut conduire à une amélioration du bien-être des salariés sans perte de productivité pour les entreprises.

Les preuves s’accumulent pour les avantages de la semaine de travail de quatre jours à travers le monde. De nombreuses entreprises expérimentent des heures de travail réduites pour voir l'impact que cela a tant sur un point de vue professionnel que personnel.

La Belgique vient de donner son accord pour instaurer la semaine de 4 jours pour les salariés. Les travailleurs belges pourront bientôt choisir la semaine de quatre jours dans le cadre d'une série de réformes du marché du travail annoncées par le premier ministre.

"Nous avons connu deux années difficiles. Avec cet accord, nous posons un phare pour une économie plus innovante, durable et numérique. L'objectif est de pouvoir rendre les personnes et les entreprises plus fortes", a déclaré le Premier ministre belge Alexander de Croo lors d'une conférence de presse annonçant cette réforme. Mais alors, est ce vraiment une solution viable ?

Un renouveau historique en matière de travail

Personne n'a jamais vu une évolution de l'économie et du marché de l'emploi comme celle que nous avons connue ces deux dernières années, suite à la pandémie. Aujourd'hui, les employés ont plus que jamais le pouvoir de faire changer les méthodes et structures de travail, et ils choisissent de trouver l'entreprise, la carrière et le lieu qui leur conviennent vraiment. Les entreprises qui n'offrent pas un environnement de travail optimal et une culture favorable aux employés perdront leurs meilleurs talents et ont du mal à recruter. S'adapter à une semaine de 4 jours de travail peut sembler utopique, mais c'est pourtant une réalité dans de plus en plus de sociétés.

Les entreprises qui ont mis en place des semaines de travail plus courtes ont constaté une augmentation de la productivité des employés, une plus grande satisfaction et de meilleurs niveaux de service. Il suffit d'adapter le temps de travail différemment, en proposant une réduction des horaires et un aménagement de l'emploi du temps.

Semaine de 4 jours : Quels enjeux pour l'immobilier d'entreprise ?

Si les entreprises peuvent économiser des milliers d'euros sur les services publics en adoptant la semaine de travail raccourcie, elles peuvent aussi perdre des milliers ou des millions d'euros en espace sous-utilisé.

Les entreprises devraient prendre en compte les implications financières de l'adoption d'une semaine de travail de 4 jours en les comparant aux gains de productivité de l'entreprise et aux économies réalisées dans les efforts d'attraction et de rétention des talents.

Comme les entreprises jouent avec l’idée d’une semaine de travail de quatre jours, les dirigeants et grands groupes du secteur de l'immobilier d'entreprise doivent trouver des moyens novateurs d’attirer de nouveaux locataires en leur donnant ce qu’ils veulent : la flexibilité et la stabilité.

La semaine de quatre jours n'est pas une formule qui convient à chaque entreprise et chaque salarié, il s'agit de faire du cas par cas. En revanche, les entreprises qui ont choisi d'adopter des bureaux hybrides ou en flex office auront un avantage considérable si elles souhaitent adopter ce nouveau rythme de travail.

En effet, les principes d’une semaine de travail de quatre jours se comparent largement avec ceux du travail hybride. Les deux offrent à leurs employés :

• Plus grande souplesse.

• Plus grande liberté.

• Maximisation la productivité au bureau.

• Moins d'arrêts maladie / burnouts

Comme la semaine de travail de quatre jours, cependant, la demande pour le travail hybride fluctue. Bien que la flexibilité demeure un désir assez constant pour les employés, ce à quoi cette flexibilité ressemblera en fin de compte variera selon l’entreprise et même selon la ville. Pour maintenir la valeur des bureaux, ils doivent réponde au désir de souplesse des locataires, quelle que soit la forme qu’elle prendra.

La désignation de « souplesse » ici peut signifier une variété de choses, de la technologie en salle qui permet la téléconférence à une plateforme qui permet aux occupants de réserver des salles de réunion partagées.

Investir dans ces outils permettra à vos locataires de conserver la flexibilité que leurs équipes recherchent. C’est la meilleure façon de montrer aux locataires que vous comprenez leurs préoccupations au sujet de la gestion de leurs frais et de leurs besoins.

Les sociétés d’immobilier commercial doivent évaluer les façons dont elles peuvent offrir de la valeur à leurs locataires, grâce à la souplesse et à la stabilité, afin de se préparer à un avenir où notre façon de travailler continuera d’évoluer.

La semaine de travail de quatre jours est loin d’être la norme, mais avec l’émergence du travail hybride, il est devenu essentiel de prioriser les besoins changeants des locataires et des entreprises.

Découvrez notre étude sur le coworking

Comment les acteurs du coworking ont réagit face à la pandémie ?

Découvrez notre étude sur le coworking

Recevez les informations de Cushman & Wakefield

Politique de protection des données

Nous contacter pour ?

TODO
TODO