Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.

Nos conseils
Banniere 172 promotion
Les actualités immobilières de Cushman & Wakefield

Comprendre le crowdfunding dans l’immobilier d’entreprise

Comment fonctionne le crowdfunding d’immobilier d’entreprise ?

Le crowdfunding d’immobilier d’entreprise consiste à rassembler des fonds auprès du public pour la réalisation d’un projet immobilier. L’argent récolté est reversé à un promoteur qui construit et vend des bureaux. D’ordinaire, un projet immobilier est financé par les banques, les ventes sur plan et les fonds propres du promoteur. L’argent récolté via le crowdfunding augmente cette part de fonds propres. Une fois les bureaux construits et commercialisés, les particuliers qui ont participé (appelés "crowdfunders") à l’opération récupèrent leur mise et réalisent un bénéfice. La somme minimum investie peut varier selon la plateforme de crowdfunding, tout comme les frais d’entrée et de sortie et la période de récupération des fonds.

Zoom sur 3 différents types de montage de crowdfunding immobilier

Il existe trois principaux types de montage :

  • Dans le premier cas, les particuliers peuvent investir dans un holding détenant des parts d’une SCCV (société civile de construction vente), créée spécialement pour le projet.
  • Dans le deuxième cas, le promoteur crée un holding détenant tout ou partie d’une SCCV. Ce holding réalise une émission obligataire, une forme d’emprunt, financée par les particuliers.
  • Le troisième type de montage consiste à créer une SAS (société par actions simplifiée), qui gère le chantier et la commercialisation des bureaux, et réalise une émission obligataire.


Dans chacun des cas, les crowdfunders ne peuvent pas perdre une somme supérieure à celle qu’ils ont placée.

Les principaux avantages et inconvénients du crowdfunding d’immobilier

Le crowdfunding immobilier présente des avantages pour les promoteurs comme pour les investisseurs. Grâce à ce système, les promoteurs collectent des fonds propres et dépendent moins des banques. Pour leur part, si le programme a du succès, les particuliers récupèrent leur somme d’argent et réalisent des bénéfices. Le rendement annuel est généralement de 10%. Toutefois, le système comporte aussi des risques : le crowdfunder peut perdre la totalité de sa mise. C’est le cas si les marges se réduisent en raison de l’augmentation du coût des matériaux de construction, ou si les bureaux ne trouvent pas preneurs. Pour récupérer de l’argent, il est alors possible de louer les bureaux non vendus, par exemple sous forme de tiers-lieux.