Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.

Les actualités Cushman & Wakefield
NOUVELLES
Entreprise

BIEN-ETRE AU TRAVAIL ET IMMOBILIER

Le bien-être par l’immobilier d’entreprise :

Définition et acteurs :

Bien-être au travail :

Ce que l'on nomme "bien-être au travail" correspond à l'ensemble des facteurs plus ou moins identifiables susceptibles d'influer sur la qualité de vie des employés sur le lieu de travail. La sécurité et l'hygiène des locaux, la protection de la santé des salariés, l'impact physique ou psychosocial des tâches effectuées, l'ergonomie de l'espace de travail, etc… (définition 2016 du glossaire Chef d’entreprise.com).

Le bien-être en entreprise est aujourd’hui pris en compte par divers organismes tels que l’OMS, le CEGOS, ou encore la société Fraunhofer en coopération avec l’Office 21.

Bien-être et immobilier :

Dans le monde de l’immobilier d’entreprise, on parle de « wellbeingspace». Les sociétés et organismes qui se spécialisent dans le domaine se multiplient. Leur cœur de métier est soit le bien-être par l’immobilier lui-même (Delos, Well, incubateur Immowell), soit d’autres domaines tels que l'immobilier écologique (WGBC).

Delos, pionnier du « Wellness real estate » est pour l’instant la seule entreprise à avoir créé un label et une certification strictement dédiés au sujet : WELL (voir RE-Mind n°2 sur les labels).

Organismes internationaux :

International WELL Building Institute, institut détenu par la société Delos spécialisée dans le bien-être de l’immobilier d’entreprise

World Green Building Council, réseau international de conseils spécialisés dans l’immobilier écologique

Entreprises :

Delos - Well Living Lab,société américaine présente à l’international, elle détient  l’International WellBuilding Institute

HumanSpaces, société anglaise spécialisée dans le design immobilier dit « biophilique »

Incubateur :

ImmowellLab,accélérateur français de start-up en partenariat avec la Foncière des Régions. Sous la direction de l’entreprise Impulse Partners.

Les objectifs du bien-être en entreprise :

Ce qui bénéficie à la fois à l’employé et à l’entreprise

Le bien-être au bureau influe autant sur la psychologie que sur la santé de l’employé, mais également sur les coûts financiers de l’entreprise.

Réduire les impacts négatifs

Augmenter les impacts positifs

Stress

Motivation

Troubles musculosquelettiques -TMS

Créativité

Absentéisme

Productivité

…qui génèrent des coûts pour l’entreprise

Organisation


Sentiment d’appartenance

Critères de bien-être WELL :

L’environnement du bâtiment au service du bien-être de l’employé

Acoustique :

Isolation des bruits extérieurs, niveaux de décibels, réverbération acoustique. Un environnement bruyant = une baisse de 66% de productivité.  Ce critère possède également un dérivé centré sur la capacité d’isolation des ondes numériques.

Confort :

Ergonomie de l’espace qui favorise apaisement et concentration  = hausse de la productivité.On parle aussi d’« active design ».

Isolation thermique :

Température ambiante, vitesse de l’air et humidité. Une baisse de performance de -4% à -6% est enregistrée si les températures sont trop chaudes.

Qualité de l’eau :

Mesure des composants chimiques dissouts et matières en suspension potentiellement nocives à l’organisme humain.

Qualité de l’air :

Contrôle le taux des gaz organiques, inorganiques, et des particules en suspension.

Lumière :

Luminosité, qualité de la couleur, distribution de l’énergie. Les employés qui travaillent à côté d’une fenêtre dorment en moyenne 46 min de plus la nuit que leurs homologues privés de la lumière du jour.

Fitness :

Capacité du bâtiment à encourager l’activité physique ce qui limite les risques de maladies liées à la position assise prolongée. Ce critère est intrinsèquement lié au nomadisme intra-entreprise.

Esprit :

Espaces de relaxation, design favorisant le développement personnel, la concentration et l’apaisement psychologique de l’employé.

La nature alliée de l’employé :

Les espaces verts et les matériaux naturels sont des sources d'apaisement :

Le rapport entre le bien-être de l’employé et la proximité de la nature est mis en avant dans un certain nombre d’études, le terme « biophilie » ou « biophilia » en anglais est fréquemment utilisé.

93 millions de dollars par an, c’est le chiffre des bénéfices estimés de l’impact de la vue de la nature sur les employés aux Etats-Unis (Browning 2012).

Les plantes sont dans le top 5 des éléments les plus désirés dans les bureaux européens. Les plantes vertes augmentent la productivité des employés européens de 8%, selon le rapport EMEA publié en 2015 par la société HumanSpace.

Autre phénomène, la tendance de l’agriculture urbaine initiée par des start-up comme Ciel Mon radis! et le projet futuriste OrganicGrid+, se développe dans les bureaux pour favoriser la cohésion d’équipe, la détente et la bonne santé physique et psychologique des employés.

Insertion urbaine et dimension pratique :
L’insertion urbaine et les services d’entreprise, une mesure contre l’absentéisme et les départs :

Les études récentes révèlent que le bien-être des employés ne dépend pas seulement des équipements dédiés au travail, mais également des infrastructures externes à proximité des bureaux, notamment les suivantes :

Parking

Restaurant / Alimentation de proximité

Centre sportif

Crèche et garderie

Transports en commun

Bâtiment administratif

Espaces verts de loisirs

En France, le parking est le service d’entreprise le plus désiré, avant le restaurant d’entreprise et la cafétéria. Ces services jouent un rôle majeur pour fidéliser l’employé et l’inciter à rester chez son employeur. Foncière des Régions ; OpinionWay, 2016

Selon l’étude Fraunhofer (2015), une société économise

27 millions d’euros si ses employés adaptent leur rythme de vie à proximité de leur lieu de travail.

Selon une étude réalisée dans un grand groupe, 68% des employés auraient manqué un jour de travail s’ils n’avaient pas pu utiliser la crèche d’entreprise. Ce qui représente une économie de 400 000 US dollars (Bright Horizons Inc., 2005)

Conclusion :  la possibilité pour l’employé de régler ses affaires privées (courses alimentaires, dépôt des enfants, règlements administratifs, loisirs…) à côté du lieu de travail, réduit son temps d’absence dans l’entreprise.

Plus d'information sur Cushman&Wakefield.fr